Jean-Pierre Auguste, une « nounou d’enfer »

Collège Saint Michel / Guémené-Penfao 4ème // 24 mai 2019

Jean-Pierre Auguste

Après des années de travail en usine, Jean-Pierre fait le choix de rester à la maison pour s’occuper de ses enfants. Il se prend vite au jeu et devient assistant maternel. Aujourd’hui à la retraite, il continue de s’étonner de l’absence d’hommes dans le secteur de la petite enfance.

« J’avais un métier qui ne me plaisait pas. Je voulais travailler dans le social et puis j’avais moi-même des enfants… J’ai alors choisi d’être famille d’accueil. […] Puis, une voisine m’a demandé de garder ses enfants, puis une autre et finalement j’ai demandé mon agrément d’assistant maternel. »

« Une superbe responsabilité »

Pendant 17 ans, Jean-Pierre Auguste a pris soin de nombreux enfants. Activités d’éveil, siestes, repas, couches, tournée à l’école étaient son quotidien. C’est encore avec beaucoup de tendresse qu’il l’évoque aujourd’hui. « C’était à la fois tranquille car je m’occupais d’enfants et en même temps une superbe responsabilité ».

Aux potentiels détracteurs, Jean-Pierre répond : « On n’a jamais obligé un parent à laisser son enfant quelque part. Ceux qui l’ont fait, c’est qu’ils avaient envie de travailler avec moi. Ils me faisaient confiance ».

Il n’est finalement jamais question d’homme ou de femme mais du bien-être des enfants et surtout de la passion d’un homme pour son métier. Dans un texte poignant qu’il a lui-même écrit, Jean-Pierre remercie les mères de ces enfants de lui avoir laissé « ce qu’il y a de meilleur au monde. Ce qu’il y a de plus important, ce qu’il y a de plus beau et de plus fragile. Vous me laissez la mission la plus sérieuse du monde. Merci. »

Versions numériques

Modalités d’envoi des articles

Attention !

Deux envois distincts à faire pour les articles :

L’article web enrichi doit être saisi sur ce site directement et soumis à la relecture avant le 3 avril

+

Les deux articles de presse écrite + leur illustration doivent être transmis avant le 3 avril également par mail à :

cecile.brochard@loire-atlantique.fr et annesophie.michel@loire-atlantique.fr